Menu

Roman Pavisse mène l'enquête sur les chats prédateurs !

Durée : 12min 6sec | Postée : Il y a 1 an | Chaîne : Intervio
Chapitre : 1/7 | Début : 0min 51sec
Durée : 0min 57sec
Chapitre : 2/7 | Début : 1min 48sec
Durée : 3min 0sec
Chapitre : 3/7 | Début : 4min 49sec
Durée : 2min 37sec
Chapitre : 4/7 | Début : 7min 26sec
Durée : 1min 24sec
Chapitre : 5/7 | Début : 8min 51sec
Durée : 1min 25sec
Chapitre : 6/7 | Début : 10min 17sec
Durée : 1min 10sec
Chapitre : 7/7 | Début : 11min 28sec
Durée : 0min 37sec
Partager | Exporter | 649 vues
Nature Tv est au Café des Chats dans le quartier du Marais à Paris... C'est le meilleur endroit pour rencontrer Roman Pavisse, un chercheur étudiant l'impact des chats sur la faune.

12 millions de chats en France c'est 12 millions de prédateurs prêts à fondre sur leur proies. Et tout cela pourrait bien avoir un impact sur les populations d'oiseaux et de mammifères... C'est pourquoi, le Muséum d'Histoire Naturelle de Paris (soutenu notamment par la Région Ile de France) a lancé une grande enquête sur la prédation des chats domestiques sur la biodiversité. Et le maître d'oeuvre de cette enquête est Roman Pavisse !

Plusieurs possibilités s'offrent à ceux et celles qui veulent participer à l'enquête : les propriétaires de chats peuvent créer un compte, décrire leur foyer et leur chat (son poids, sa taille, etc.) et signaler les observations de prédation de leur animal favori en essayant, bien sûr, de déterminer l'espèce prédatée. Ceux qui n'ont pas de chat peuvent, sans créer de compte, signaler des observations ponctuelles.

Toutes ces observations permettront de mieux comprendre le phénomène de la prédation des chats domestiques. On pourra par exemple voir si la stérilisation des chats a un impact sur leur capacité de prédation, ou si certaines races chassent moins que d'autres, etc.

Autre aspect de l'enquête : le suivi GPS. Roman va installer des systèmes de suivi GPS sur certains chats (en région parisienne). Il pourra ainsi mieux comprendre les déplacements des matous autour de la maisonnée et mieux connaître leur rayon d'action.

L'enquête a débuté il y a déjà quelques mois et les premiers résultats sont encourageants. Il y a déjà plus de 2200 participants et plus de 700 chats suivis ! On s'aperçoit que les proies sont d'une grande variété ; beaucoup de petits oiseaux et petits mammifères bien sûr, mais parfois des espèces peu communes comme le Râle d'eau et l'Oedicnème criard !

Parmi les chats suivis, il y a quelques champions qui totalisent à eux seuls entre 120 et 130 proies en l'espace de 4 mois ! Heureusement, certains sont beaucoup moins efficaces et les amoureux des petites bêtes ne s'en plaindront pas !

On vous invite donc à participer à l'enquête : grâce à votre chat, vous allez pouvoir découvrir toute la faune qui vit autour de vos maisons et notamment des espèces dont vous ne soupçonnez pas l'existence.

Enfin, on vous invite à venir découvrir le Café des Chats . Il en existe deux à Paris au 16 rue Michel le Comte (quartier du Marais) et au 9 rue Sedaine (quartier Bastille). Vous y rencontrerez des chats (et des personnes) très sympathiques !

Pour participer à l'enquête : http://www.chat-biodiversite.fr/


1.Posté par Francis Atlas le 04/01/2017 10:26
Bonjour,
Félicitation pour cette initiative a laquelle je viens de m'inscrire comme participant à l'étude sur la prédation des chats.
Mon chat Finette vit en appartement en rez de chaussée mais grace à une chatière, elle peut sortir comme elle veut et ne s'en prive pas.
Elle ramène régulièrement des petites souris avec lesquelles elle joue mais ensuite à tendance à les manger (si je ne les récupère pas avant).
Bonne continuation.

2.Posté par Anne le 05/03/2017 18:34
J'ai une amie qui a des chats depuis toujours (dans le Gard) et à qui ses chats rapportent parfois des sauterelles, des mantes religieuses… :-D
Bravo pour cette enquête, mais il est vrai que la plupart des chats parisiens sont des chats d'intérieur, car la ville est bruyante et assez effrayante pour nos petites bêtes.

Nouveau commentaire :